Africa Smart recrute !

Recrutement d'un(e)
ASSISTANT(E) ADMINISTRATIF ET COMPTABLE

Africa Smart, Cabinet de Conseil indépendant en économie des médias et économie numérique, recrute un(e) Assistant(e) Administratif et Comptable pour l’accompagner dans sa dynamique de croissance.
Si vous êtes polyvalent(e), rigoureux (se), de bonne humeur et efficace, rejoignez-nous !

PRINCIPALES MISSIONS ET ACTIVITES

  • Mettre en place et renseigner les outils de gestion et de suivi d’activité internes
  • Établir les factures, suivre les règlements et effectuer les relances clients
  • Veiller au stock de fournitures et de consommables, passer les commandes
  • Participer à la gestion des ressources humaines : Gestion administrative des recrutements (lancement des recherches, suivi des candidatures), des formations (inscriptions, prises en charge), etc.
  • Effectuer des tâches de secrétariat de Direction
  • Réaliser des tâches ponctuelles et travailler en transverse avec les différentes fonctions support

COMPETENCES CLES

  • Être très organisé, polyvalent et autonome ;
  • Être méticuleux et avoir de bonnes capacités de hiérarchisation des tâches ;
  • Être à l’aise avec les chiffres ;
  • Avoir une aisance rédactionnelle et une orthographe irréprochable, etc.
  • Avoir une bonne maîtrise des outils informatiques comme les logiciels de comptabilité (la connaissance de Dolibarr est un plus) et de bureautique (Pack Office) ; La connaissance de logiciels de statistiques et de gestion d’entreprise est un atout ;
  • Avoir des très bonnes connaissances en comptabilité et fiscalité ainsi qu’une bonne connaissance de l’organisation de l’entreprise ;
  • Maîtriser une langue étrangère comme l’anglais ;
  • Aimer et savoir travailler en équipe en étant doté(e) d’un bon sens du relationnel et de la communication.

FORMATION ET EXPERIENCES

  • Niveau d’étude : formation bac +2 minimum en Secrétariat Comptable ou Assistanat de Direction, ou Finance Comptabilité et Gestion des Entreprises.
  • Expérience professionnelle : Au moins 1 an d’expérience
La CNF organise ses premières JPO avec Africa Smart

Africa Smart accompagne la Commission Nationale de la Francophonie dans la mise en oeuvre de ses premières Journées Portes Ouvertes

Les Journées Portes Ouvertes de la Commission Nationale de la Francophonie (CNF) se sont déroulées les 04 et 05 décembre 2023.

Sous la direction éclairée de Madame Bernise N’guessan, Secrétaire Générale de l’Organisation, la CNF s’engage fermement dans deux missions cruciales :
📌 Coordonner activement la participation de la Côte d’Ivoire à toutes les instances de la Francophonie.
📌 Assurer une représentation exemplaire de la Côte d’Ivoire au sein des Institutions francophones.

La vision de la CNF s’articule autour du renforcement de la proximité avec les populations, positionnant la Francophonie comme une #opportunité significative pour tous.

Cette orientation met en lumière son engagement pour le développement et le bien-être des citoyens.


Madame Françoise Remarck, Ministre de la Culture et de la Francophonie a exprimé sa profonde gratitude pour le travail remarquable accompli par la Commission nationale de la Francophonie.

Lors de la conférence ministérielle de la Francophonie à Yaoundé, le leadership et l’action du chef de l’État ont été salués et reconnus, renforçant ainsi la position de la Côte d’Ivoire sur la scène internationale.

La #Francophonie, portée par des partenariats mondialement reconnus tels que l’Université Senghor et l’AUF, s’inscrit dans le tissu culturel et éducatif.

Le 10e anniversaire du Campus Senghor est célébré avec dévouement, soulignant l’ engagement de la CNF pour la formation de cadres axée sur le développement.

Madame la Ministre a chaleureusement félicité toute l’équipe de la CNF pour son engagement et encouragé la jeunesse à se rallier à cette Commission.

Elle les a incité à exprimer leurs besoins en #formation, permettant ainsi au gouvernement de les accompagner dans leur quête d’employabilité.

La Côte d’Ivoire, résolument tournée vers les nouvelles #technologies, intègre des stratégies numériques pour apporter une valeur ajoutée au secteur des arts et de la culture, positionnant ainsi ce secteur comme une force motrice pour l’avenir, offrant à la jeunesse l’opportunité de révéler ses talents innés et de contribuer au rayonnement de notre nation.

#VeillerAnticiperProteger
#africasmart#anneedelajeunesse

#francophonie

Conception @Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Documenter

Journée Nationale des Femmes des Médias et dans les médias (JNFM)

Africa Smart apporte son expertise

Africa Smart accompagne le Réseau des Femmes journalistes et des professionnelles de la communication (ReFJPCI) dans l’organisation de la Journée Nationale des Femmes des Médias et dans les médias (JNFM).

L’édition 2023 de la JNFM, comme celle de 2022, bénéficie de l’expertise de Africa Smart.

Le thème retenu pour l’édition 2023 est : « l’image de la femme dans la culture urbaine ».

 

Il s’agit donc de « repenser les pratiques journalistiques et de combattre les stéréotypes liés au genre, c’est pour cela que nous parlons d’un Nouvel Ordre Médiatique ». 

S.M. Agnès Kraidy

C’est aussi l’occasion pour Africa Smart d’apporter sa contribution à la journée d’action, de sensibilisation et de mobilisation dédiée à la lutte pour les droits des femmes, l’égalité et la justice à la faveur de la Journée internationale des femmes, célébrée tous les ans à la date du 8 mars.

Conception @AfricaSmart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Africa Smart, dans sa démarche, mettra en place les instruments de suivi-évaluation de cette activité et participera à la compréhension collective du rôle productif dans tous les domaines de la vie, de la femme qui incarne, il faut le souligner les valeurs qui fondent et fécondent l’humanité pensante.


Cette journée vise entre autres, à déconstruire les idées préconçues à l’encontre de la femme et à questionner l’image de la femme à travers les industries culturelles et médiatiques.

La JNFM 2023 sera organisée sur deux journées, articulées en séquences de formations de femmes journalistes professionnels et des Professionnels de la communication autour des thèmes :

  • Leadership des femmes des médias,
  • Genre et contenus médiatiques

Et, le deuxième jour, avec des panels de haut-niveau autour de deux axes structurants :

  • Le poids des mots ;
  • Le poids de l’image.

Africa Smart croit fermement aux équilibres et à l’équité en accompagnant ces femmes modèles, qui font l’histoire et sont de véritables moteurs de développement à travers la qualité de leur travail.

L'édition 2022 sur vos écrans

Médias de masse au service du Développement de la Petite Enfance

Africa Smart et Tabala renforcent les activités de Communication pour le Changement des Normes Sociales et des Comportements en matière de nutrition et de Développement de la Petite Enfance au niveau communautaire dans le cadre du PMNDPE

Dans le cadre de la mise en œuvre du Plan National Multisectoriel de Nutrition (PNMN) 2016-2020, le Projet Multisectoriel de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (PMNDPE) cible les enfants de moins de cinq ans, les femmes en âge de procréer et les adolescentes pour accroître la couverture des interventions de nutrition et de Développement de la Petite Enfance dans 14 régions de la Côte d’Ivoire (Poro, Tchologo, Bagoué, Bounkani, Gontougo, Kabadougou, Folon, Bafing, Worodougou, Béré, Haut-Sassandra, Marahoué, Iffou, et Bélier).

Le PMNDPE travaille avec les administrations décentralisées et des ONG depuis 2019 et entend renforcer et intensifier les actions de communication de proximité avec l’utilisation de divers médias.

Les enjeux du projet confié à Tabala et Africa Smart visent à :

  • Renforcer les interventions de communication pour le changement des normes sociales et des comportements en matière de nutrition et de DPE auprès des communautés cibles en augmentant la visibilité et la notoriété du projet ;
  • Accompagner la mise en œuvre de la campagne nationale focalisée sur la création des soins attentifs parentaux envers les jeunes enfants ;
  • Rédiger des scripts pour la nutrition et le DPE en se basant sur des recherches formatives et des modèles scientifiques éprouvés ;
  • Créer et produire les messages multi-supports de sensibilisation pour la nutrition et le Développement de la Petite Enfance ;
  • Mener les campagnes dans les zones d’intervention du PMNDPE.

Analyse situationnelle du DPE en Côte d'Ivoire

Après des décennies de forte croissance économique, la Côte d’Ivoire a connu une série de revers économiques et politiques, entraînant, jusqu’en 2011, une détérioration généralisée du niveau de vie. Depuis le deuxième semestre de l’année 2011, la croissance économique a repris avec un PIB en hausse de constante, même ralenti par les effets de la pandémie à COVID-19. Malgré cette embellie économique, la pauvreté, relativement importante (39,4% en 2020) impacte particulièrement les zones rurales (+2,4%) et les enfants demeurent vulnérables aux effets directs et indirects.

Les initiatives institutionnelles relatives à la protection de l’enfant datent du début des années 2010 avec un plan et une politique nationale de protection de l’enfant (2012). Depuis 2015, des initiatives fortes sont constatées au travers du Projet Multisectoriel de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (PMNDPE), visant notamment à réduire, drastiquement le taux national de prévalence du retard de croissance, aujourd’hui à 30%. La prise en compte des effets, à long terme, du développement optimal lors de la petite enfance a engendré des actions portant sur la nutrition, la santé, la protection sociale et l’éducation.

A Retenir

Contexte national récent avec des revers économiques et politiques, entraînant, jusqu’en 2011, une détérioration généralisée du niveau de vie.

Croissance économique en reprise, PIB en hausse, même ralenti par COVID-19.

Cependant, pauvreté de 39,4% en 2020, spécifiquement en zone rurale Enfants vulnérables

Plan et politique nationale de protection de l'enfant (2012)

Projet Multisectoriel de Nutrition et de Développement de la Petite Enfance (2015)

Transformation de l’éducation dans les communautés productrices de cacao et l’International Rescue Committee (2017)

Conception @Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Documenter

Durée du Projet : 198 jours

Le projet donne l’occasion à Africa Smart de déployer sa méthodologie basée sur :

  • les expériences du cabinet en matière d’élaboration des Plans de Développement Stratégique ;
  • la maitrise de l’écosystème de la communication et des médias en Côte d’Ivoire ;
  • une approche participative.

Les campagnes radio créées seront fondées sur des données probantes issues d’une recherche formative ;

Les scripts prendront en compte tous les facteurs inhérents ;

Les diffusions seront faites en langue vernaculaire.

Les modules de formation d’Africa Smart dispensés à l’ISTC Polytechnique d’Abidjan

ISTC Polytechnique fait confiance à Africa Smart pour délivrer les cours d'entreprenariat

La Côte d’Ivoire peut, avec fierté, revendiquer les nombreux progrès réalisés dans le domaine de la communication et des médias. Le secteur connait un développement conséquent depuis de la décennie 90, en réponse aux besoins exprimés par les acteurs du secteur des médias privés et du fait de la reconnaisse par l’Etat du rôle de ce secteur dans la promotion de la Démocratie.

L’Institut Polytechnique des Sciences et Techniques de la Communication est, sans nul doute, au cœur de ce progrès, formant depuis près de trente ans, le citoyen de demain en lui donnant les clés d’accès et de réussite dans un monde professionnel en mutation permanente.

Pour développer plus avant sa proposition de valeur au service des acteurs du secteur, et envisager sereinement les évolutions et mutations technologiques en cours, Africa Smart accompagne l’ISTC Polytechnique dans l’encadrement et la formation des apprenants, dans ses aspects Economie des Médias et Economie Numérique, avec l’ambition, à terme de sensibiliser les futurs diplômés à une démarche prospective visant à former les managers de demain.

Le groupement Africa Smart – MS International mis en mission « IDM Côte d’Ivoire » par le FSDP

Africa Smart développe les Indicateurs de Développement des Médias Côte d'Ivoire

L’objectif général de la mission  confiée au groupement Africa Smart / MS International est d’évaluer le développement du secteur des médias en 2022.

De façon spécifique, il s’agit de:

  1. Collecter et traiter les informations nécessaires au calcul des indicateurs.
  2. Donner une valeur aux 67 indicateurs.
  3. Analyser et commenter les indicateurs.

Les travaux seront réalisés en 4 mois avec l’organe en charge de l’aide publique aux médias, FSDP devenant ASDM, et les acteurs du secteur des médias.

économique et financier
0
Strates
0
Indicateurs
légaL et réglementaire
0
Strates
0
Indicateurs
Franche réussite des JNFM22

Africa Smart, Conseil Expert auprès du REFJPCI

La 1ère édition de la Journée Nationale des Femmes des Médias et dans les Médias (JNFM22), organisée par le Réseau des Femmes journalistes et des professionnelles de la communication (ReFJPCI) et l’Organisation des Femmes Reporters Photographes de Côte d’Ivoire (OFREP-CI), en partenariat avec le Fonds de Développement et de Soutien de la Presse (FSDP) s’est tenue les 30 et 31 mars 2022 à ISTC-Polytechnique, l’Institut Polytechnique des Sciences et Techniques de la Communication.

Ce sont plus de 150 journalistes et professionnelles de la Communication qui auront envahi les salles Rosine Diodan et Serge Pacôme Aoulou, réhabilitées pour la circonstance par le REFJPCI, le 30 mars et plus de 600 visiteurs, réunis dans l’amphithéâtre de l’ISTC le 31.

La JNFM 2022 aura tenu toutes ses promesses : efficacité, engagement et émotion. 

 

Le REFJCI a fait confiance à Africa Smart, pour l’accompagnement à l’organisation de la première journée nationale des femmes de médias et dans les médias’’ :

  • Réflexion stratégique sur les thèmes ;
  • Planification, organisation et préparation des étapes intermédiaires ;
  • Définition de la stratégie de communication ;
  • Accompagnement opérationnel pour la mise en œuvre de la stratégie de communication ;
  • Conseil pour la mobilisation de ressources ;

Il s’agit donc de « repenser les pratiques journalistiques et de combattre les stéréotypes liés au genre, c’est pour cela que nous parlons d’un Nouvel Ordre Médiatique ». 

S.M. Agnès Kraidy

Conception @AfricaSmart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Revue de Presse

Africa Smart, partenaire stratégique de la Journée Nationale de la Femme des Médias et dans les Médias

Africa Smart, Conseil Expert auprès du REFJPCI

La 1ère édition de la Journée Nationale des Femmes des Médias et dans les Médias (JNFM22), organisée par le Réseau des Femmes journalistes et des professionnelles de la communication (ReFJPCI) et l’Organisation des Femmes Reporters Photographes de Côte d’Ivoire (OFREP-CI), en partenariat avec le Fonds de Développement et de Soutien de la Presse (FSDP), se tiendra le 31 mars 2022 à ISTC-Polytechnique, l’Institut Polytechnique des Sciences et Techniques de la Communication.

La JNFM 2022 est placée sous la Co-présidence de la Ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfant et du Ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie.

Marraine de la 1ère édition: Madame Françoise REMARCK, Présidente du Conseil d’Administration de Canal + Côte d’Ivoire et de A+Ivoire.

Conférencière principale : Madame Anne LEMAISTRE, Cheffe du Bureau UNESCO – Abidjan.

 

Le REFJCI a fait confiance à Africa Smart, pour l’accompagnement à l’organisation de la première journée nationale des femmes de médias et dans les médias’’ :

  • Réflexion stratégique sur les thèmes ;
  • Planification, organisation et préparation des étapes intermédiaires ;
  • Définition de la stratégie de communication ;
  • Accompagnement opérationnel pour la mise en œuvre de la stratégie de communication ;
  • Conseil pour la mobilisation de ressources ;

Il s’agit donc de « repenser les pratiques journalistiques et de combattre les stéréotypes liés au genre, c’est pour cela que nous parlons d’un Nouvel Ordre Médiatique ». 

S.M. Agnès Kraidy

Conception @AfricaSmart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Pourquoi agir ?

La JNFM22 se veut un espace d’échanges et de réflexion sur cette réalité, souvent occultée : la faible représentativité des femmes dans l’espace médiatique en général, et ivoirien en particulier.

Les femmes comptent à peine pour 20% des 959 professionnels référencés par la Commission paritaire d’attribution de la carte de journaliste professionnel et de professionnel de la communication (CIJP) en 2022 ; elles souffrent aussi d’une faible représentation aux postes de décisions dans les rédactions et institutions médiatiques. Ce qui ne leur permet pas d’impacter significativement la qualité et la quantité des informations consacrées au genre.

Il y a un réel décalage entre la place et l’image des femmes dans les médias et leur poids démographique et politique (pour la présidentielle de 2010 en Côte d’Ivoire, les femmes représentaient 52% de l’électorat). Les médias seraient-ils sexistes parce que la réalité l’est ? Si oui, les médias doivent-ils se contenter d’être le reflet de la société ?

Les médias participent de la construction d’images et de symboles renforçant la division du monde dans lequel ils évoluent. Or, nous constatons que l’image de la masculinité est associée à la politique, à l’économie, à la diplomatie, au sport… ; tandis que les femmes, quand elles sont visibles, ne sont ni porteuses d’une parole d’autorité, ni valorisée comme source d’informations crédibles.

Le rôle des médias dans la formation de l’opinion publique démocratique montre qu’ils peuvent et doivent participer à la réduction des inégalités liées aux stéréotypes basées sur le genre. Ils doivent amplifier le pluralisme dans la sphère publique en donnant, de manière équitable, la parole aux femmes et aux hommes.

Il s’agit donc de « repenser les pratiques journalistiques et de combattre les stéréotypes liés au genre », c’est pour cela que nous parlons d’un « Nouvel Ordre Médiatique ».

Les professionnels des médias doivent accepter leur responsabilité collective en tant que « quatrième pouvoir », participer à (re)mettre en question les conventions et les codes sociaux qui semblent aller de soi et participer à les réécrire.

Et comme le rappelle Joke Hermes (chercheure spécialisée dans le domaine des médias et de la culture populaire) : « la lutte contre les stéréotypes de genre n’est pas une simple question (d’un petit groupe) de femmes. Elle s’inscrit dans une problématique beaucoup plus large et est au cœur de la réalisation de la démocratie, par le biais de l’information et du débat public ».

Le FSDP invite la CEDEAO à se pencher sur l’aide publique aux médias

Africa Smart accompagne le FSDP dans l'organisation de son premier colloque international consacré à l'aide publique aux médias

Les Médias sont essentiels pour le fonctionnement des démocraties ; L’information permet au citoyen forger sa conscience et ses opinions, notamment au regard de la conduite des politiques publiques. Le pluralisme de l’information est une réalité dans la plupart des pays francophones et l’essor de la Télévision Numérique Terrestre vient renforcer cette dynamique. Pour autant, le secteur connait d’importantes difficultés depuis une dizaine d’années, obligeant les autorités publiques à créer des cadres institutionnels d’encadrement, de régulation et d’aide publique aux entreprises de médias. 

Malgré les efforts des gouvernements, le secteur reste structurellement déficitaire.

Par ailleurs, les mécanismes internationaux d’aides aux médias demeurent, pour la plupart, inconnus des potentiels bénéficiaires.

Confiance renouvelée

Après avoir fait confiance à Africa Smart pour conduire les réflexions relatives aux Indicateurs de Développement des Médias en Côte d’Ivoire, le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse réitère son engagement avec Africa Smart pour piloter, aux côtés de la Direction Exécutive, le bon accomplissement de son projet.

Le FSDP initie un colloque, sur le thème « Quelles stratégies d’appui durable au développement des médias dans l’espace CEDEAO ? » pour créer une synergie de réflexions et d’actions sur l’avenir des médias dans notre espace commun.

L’ambition est de mettre en place un réseau sous régional des organes en charge de l’aide publique aux médias.

 

Conception @Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Documenter

Toutes les infos du Colloque

[wp-rss-aggregator sources="39552"]
Le FSDP met en place les indicateurs de développement des médias

Africa Smart développe, avec le FSDP, une soixantaine d'indicateurs de performance pour le secteur des médias ivoirien

Le Fonds de Soutien et de Développement de la Presse, organe en charge de l’aide publique aux médias en Côte d’Ivoire, a réuni en atelier à Dabou, du 24 au 26 juin 2021,  53 opérateurs institutionnels, économiques et sociaux du secteur de la presse imprimée, de la presse numérique et de la presse audiovisuelle nationale, afin de valider des indicateurs pour l’évaluation du développement économique et l’effet des lois et règlements sur le développement des médias en Côte d’Ivoire.

Dabou du 24 au 26 juin 2021. Le FSDP met en place les indicateurs de développement des médias

Appuyées par Africa Smart, l’UNESCO, et MS International, les réflexions ont été conduites par un Comité scientifique composé des représentants :

  • du Ministre de l’Economie et des Finances ;
  • des Editeurs ;
  • de la Autorité Nationale de la Presse (A.N.P) ;
  • de la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle (H.A.C.A) ;
  • des Associations Professionnelles de Journalistes ;
  • de la direction exécutive du F.S.D.P

Les travaux se sont déroulés au sein de 2 commissions thématiques :

  • Africa Smart / MS International : Economique et financière
  • Africa Smart / UNESCO : Légal et règlementaire
économique et financier
0
Strates
0
Indicateurs
légaL et réglementaire
0
Strates
0
Indicateurs

Pour mémoire, le cadre pour l’évaluation des effets des lois et règlements et des effets économiques et financiers sur le développement des médias en Côte d’Ivoire s’appuie largement sur le référentiel international de l’UNESCO pour le développement des médias : Programme International pour le Développement de la Communication (PIDC).

En effet, conformément à son rôle normatif, le PIDC a mis au point un ensemble d’indicateurs de développement des médias (IDM), destinés à faciliter l’évaluation du paysage médiatique à l’échelle nationale. Ces indicateurs portent sur tous les aspects du développement des médias et définissent un cadre optimal pour que les médias puissent, à la fois, contribuer à la bonne gouvernance et au développement démocratique national.

Des travaux, également multipartites (F.S.D.P et Experts) ont permis de dégager un cadre d’évaluation de l’effet des lois et règlements sur le développement des médias, avec toujours une forte insistance sur la mise en exergue d’indicateurs, l’ensemble regroupé selon les catégories suivantes :

  • système de régulation favorable à la liberté d’expression, au pluralisme et à la diversité des médias : existence d’un cadre politique, légal, régulateur, fiscal et parafiscal qui protège et promeut la liberté d’expression et d’information, basé sur les modèles internationaux de bonnes pratiques et développé avec la participation de la société civile ;
  • pluralisme et diversité des médias, cadre économique dans lequel tous les acteurs sont en situation d’équité concurrentielle et transparence de la propriété : l’État promeut activement le développement du secteur des médias de manière à empêcher une concentration excessive et à garantir le pluralisme et la transparence de la propriété et du contenu dans tous les médias tant publics que privés et communautaires ;
  • médias en tant que plateforme pour un débat démocratique : les médias reflètent et représentent la diversité de points de vue et d’intérêts au sein de la société, y compris ceux des groupes marginalisés dans un climat où l’autorégulation et le respect du métier de journaliste prévalent. On observe un bon niveau de maîtrise de l’information et d’initiation aux médias.
Aller au contenu principal