Africa Smart accompagne Ylancia Conseil dans l’étude TechEmerge Health West Africa

Africa Smart pilote les volets General Overview et Healthcare Technology landscape du TechEmerge Research Côte d'Ivoire et Sénégal

TechEmerge est un programme primé de la Société financière internationale (IFC) qui accélère l’adoption de l’innovation en mettant en relation des innovateurs du monde entier avec des entreprises et des organisations de premier plan sur les marchés émergents pour piloter des technologies et des services et des technologies révolutionnaires.

Ylancia Conseil, société de conseil pour le développement des entreprises de santé en Afrique subsaharienne, a confié à Africa Smart la rédaction des volets principaux de l’étude TechErmerge Health pour la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

Il s’est spécifiquement agi de :

  1. Collecter et traiter les informations relatives aux deux pays, dans leurs dimensions sociales, économiques et technologiques ;
  2. Qualifier le paysage ivoiriens et sénégalais de la santé numérique ;
  3. Identifier des partenaires potentiels au programme TechEmerge West Africa sur les deux pays cible.
.ci , Abidjan , Africa Smart , Afrique , analyse , ARTCI , audit , Big Data , Business , Campaign , CEDEAO , centre hospitalier , Communication stratégique , Confiance numérique , Côte d'Ivoire , COVID , Développement , Développement économique , DNS , DNSSEC , données massives , droit des telecom , egouv , eHealth , Engineering , Entrepreunariat , Entreprise numerique , ERP , ERP Open Source , études , Finance , Gouvernance , Gouvernance Internet , IFC , incubateur , info , Information Technology , innovation , innovation ouverte , intermédiation , International Finance Corporation , internet , IPv6 , IT , législation , lobbying , logiciel libre , Marketing , NTIC , Numérique , open source , OPENSOURCE , Organisation , Planification , PNDS , prospective , Registre Internet , regulation , Régulation des Telecoms , Santé , Scientifique , Secteur privé , Sécurité , SFI , Société Financière Internationale , Souveraineté numérique , Start-Up , stratégie , Système d'Information , TechEmerge , Technologies , travail collaboratif , Veille , Web , Ylancia
Africa Smart accompagne Ylancia Conseil dans l’étude TechEmerge Health West Africa

Africa Smart pilote les volets General Overview et Healthcare Technology landscape du TechEmerge Research Côte d'Ivoire et Sénégal

TechEmerge est un programme primé de la Société financière internationale (IFC) qui accélère l’adoption de l’innovation en mettant en relation des innovateurs du monde entier avec des entreprises et des organisations de premier plan sur les marchés émergents pour piloter des technologies et des services et des technologies révolutionnaires.

Ylancia Conseil, société de conseil pour le développement des entreprises de santé en Afrique subsaharienne, a confié à Africa Smart la rédaction des volets principaux de l’étude TechErmerge Health pour la Côte d’Ivoire et le Sénégal.

Il s’est spécifiquement agi de :

  1. Collecter et traiter les informations relatives aux deux pays, dans leurs dimensions sociales, économiques et technologiques ;
  2. Qualifier le paysage ivoiriens et sénégalais de la santé numérique ;
  3. Identifier des partenaires potentiels au programme TechEmerge West Africa sur les deux pays cible.
Africa Smart déploie le DNSSEC sur le ccTLD ivoirien

Africa Smart implémente le DNSSEC sur les serveurs du ccTLD.ci

Africa Smart exécute pour le compte de l’ARTCI les prestations relatives à l’implémentation de la technologie DNSSEC sur les serveurs de noms de domaine de premier niveau de la Côte d’Ivoire (CCTLD.CI) qui devront permettre la signature de la zone « .CI » .

.ci , Abidjan , Africa Smart , AFRINIC , Afrique , analyse , ARTCI , audit , Big Data , communication , Communication stratégique , Confiance numérique , Côte d'Ivoire , Développement , Développement économique , DNS , DNSSEC , données massives , egouv , Engineering , Entreprise numerique , études , Formation , Gouvernance , Gouvernance Internet , hub technologique , incubateur , info , Information Technology , innovation , innovation ouverte , intermédiation , internet , IPv6 , IT , linux , logiciel libre , MICENUP , NTIC , Numérique , open source , OPENSOURCE , Organisation , Planification , prospective , Registre Internet , regulation , Régulation des Telecoms , RIR , Scientifique , Secteur privé , Sécurité , Souveraineté numérique , Start-Up , stratégie , Système d'Information , Technologies , travail collaboratif , Veille , Web
Africa Smart déploie le DNSSEC sur le ccTLD ivoirien

Africa Smart implémente le DNSSEC sur les serveurs du ccTLD.ci

Africa Smart exécute pour le compte de l’ARTCI les prestations relatives à l’implémentation de la technologie DNSSEC sur les serveurs de noms de domaine de premier niveau de la Côte d’Ivoire (CCTLD.CI) qui devront permettre la signature de la zone « .CI » .

Succès de la tournée d’AFRINIC à Abidjan

AFRINIC confie l'organisation du Jenga2022 Abidjan à Africa Smart

afrinic-news

Afrinic a renouvellé sa confiance à Africa Smart pour l’organisation du Jenga Tour Abidjan du 14 au 18 mars 2022.

Cette tournée s’est inscrite dans un contexte international de pandémie à Covid-19,  avec des perspectives incertaines, ayant cependant permis à Afrinic de démontrer de sa forte capacité de résilience et d’innovation, pour maintenir ses engagements et services auprès de ses membres en servant plus de 1 900 organisations sur le Continent, contribuant ainsi à connecter plus de 400 millions de nos concitoyens à Internet.

"Un Internet sécurisé et accessible pour une croissance numérique durable en Afrique"

Un continent

Un registre

Un Internet

L’histoire d’Afrinic démarre en 1997, avec pour ambition d’adapter les politiques d’allocation des ressources Internet aux réalités de l’Afrique.

En 2000, la création de l’AfNOG (le groupe des opérateurs de réseaux africains) et l’intégration des premiers observateurs d’AFRINIC à l’Address Supporting Organization Address Council (ASO AC) puis la nomination du premier conseil d’administration présidé par le Dr Nii Quaynor en 2001 viennent parachever le projet qui se concrétisera en 2005 par l’accréditation en tant que cinquième registre Internet régional de l’ICANN.

Afrinic est basé à Maurice avec des opérations réparties sur le Continent : Afrique du Sud, Egypte, et Ghana.

Sous la coordination et la supervision de Africa Smart, le Jenga CIV2022 aura permis à Afrinic de mieux faire connaitre l’organisation, au travers d’interviews, avant de rencontrer ses membres de la communauté nationale, les autorités gouvernemental au premier rang desquels, le Ministre en charge de l’Economie Numérique, ainsi que le régulateur sectoriel, mais également la communauté technique et les dirigeants d’entreprises, potentiels nouveaux membres d’Afrinic.

Conception@Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Organisé par Africa Smart, la mission de Afrinic s’est inscrite dans le cadre de la stratégie de développement de l’Internet en Afrique.

La délégation d’Afrinic, conduite par son Directeur Général, Eddy Kayihura, aura profité de son séjour pour partager, avec ses membres, ses actualités, activités et initiatives à l’endroit de la communauté nationale et, plus particulièrement, les enjeux liés à la sécurisation et la disponibilité des adresses IP.

.ci , Abidjan , Africa Smart , AFRINIC , Afrique , Agence Ivoirienne de Presse , AIP , analyse , ARTCI , audiovisuel , communication , communication institutionnelle , Communication stratégique , Confiance numérique , Côte d'Ivoire , Développement , Développement économique , DNS , DNSSEC , economie des medias , egouv , Entrepreunariat , Entreprise numerique , études , Formation , Gouvernance , Gouvernance Internet , hub technologique , image , incubateur , info , Information Technology , innovation , innovation ouverte , intermédiation , internet , IPv6 , IT , lobbying , Marketing , Médias , medias , NTIC , Numérique , Organisation , Planification , presse , presse numérique , Professionnels de la Communication , prospective , Registre Internet , regulation , Régulation des Telecoms , RIR , Souveraineté numérique , stratégie , Système d'Information , Technologies , television , Veille , Web
Succès de la tournée d’AFRINIC à Abidjan

AFRINIC confie l'organisation du Jenga2022 Abidjan à Africa Smart

afrinic-news

Afrinic a renouvellé sa confiance à Africa Smart pour l’organisation du Jenga Tour Abidjan du 14 au 18 mars 2022.

Cette tournée s’est inscrite dans un contexte international de pandémie à Covid-19,  avec des perspectives incertaines, ayant cependant permis à Afrinic de démontrer de sa forte capacité de résilience et d’innovation, pour maintenir ses engagements et services auprès de ses membres en servant plus de 1 900 organisations sur le Continent, contribuant ainsi à connecter plus de 400 millions de nos concitoyens à Internet.

"Un Internet sécurisé et accessible pour une croissance numérique durable en Afrique"

Un continent

Un registre

Un Internet

L’histoire d’Afrinic démarre en 1997, avec pour ambition d’adapter les politiques d’allocation des ressources Internet aux réalités de l’Afrique.

En 2000, la création de l’AfNOG (le groupe des opérateurs de réseaux africains) et l’intégration des premiers observateurs d’AFRINIC à l’Address Supporting Organization Address Council (ASO AC) puis la nomination du premier conseil d’administration présidé par le Dr Nii Quaynor en 2001 viennent parachever le projet qui se concrétisera en 2005 par l’accréditation en tant que cinquième registre Internet régional de l’ICANN.

Afrinic est basé à Maurice avec des opérations réparties sur le Continent : Afrique du Sud, Egypte, et Ghana.

Sous la coordination et la supervision de Africa Smart, le Jenga CIV2022 aura permis à Afrinic de mieux faire connaitre l’organisation, au travers d’interviews, avant de rencontrer ses membres de la communauté nationale, les autorités gouvernemental au premier rang desquels, le Ministre en charge de l’Economie Numérique, ainsi que le régulateur sectoriel, mais également la communauté technique et les dirigeants d’entreprises, potentiels nouveaux membres d’Afrinic.

Conception@Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Organisé par Africa Smart, la mission de Afrinic s’est inscrite dans le cadre de la stratégie de développement de l’Internet en Afrique.

La délégation d’Afrinic, conduite par son Directeur Général, Eddy Kayihura, aura profité de son séjour pour partager, avec ses membres, ses actualités, activités et initiatives à l’endroit de la communauté nationale et, plus particulièrement, les enjeux liés à la sécurisation et la disponibilité des adresses IP.

Une tournée d’AFRINIC pour rassurer et se projeter

AFRINIC renouvelle sa confiance à Africa Smart

afrinic-news

Après avoir confié à Africa Smart l’organisation de sa participation au Salon de la Presse Numérique de Côte d’Ivoire, Afrinic renouvelle sa confiance en confiant au Cabinet l’organisation de sa tournée des membres.

Cette tournée s’inscrit dans un contexte international de pandémie à Covid-19,  avec des perspectives incertaines, ayant cependant permis à Afrinic de démontrer de sa forte capacité de résilience et d’innovation, pour maintenir ses engagements et services auprès de ses membres en servant plus de 1 900 organisations sur le Continent, contribuant ainsi à connecter plus de 400 millions de nos concitoyens à Internet.

"Un Internet sécurisé et accessible pour une croissance numérique durable en Afrique"

Un continent

Un registre

Un Internet

L’histoire d’Afrinic démarre en 1997, avec pour ambition d’adapter les politiques d’allocation des ressources Internet aux réalités de l’Afrique.

En 2000, la création de l’AfNOG (le groupe des opérateurs de réseaux africains) et l’intégration des premiers observateurs d’AFRINIC à l’Address Supporting Organization Address Council (ASO AC) puis la nomination du premier conseil d’administration présidé par le Dr Nii Quaynor en 2001 viennent parachever le projet qui se concrétisera en 2005 par l’accréditation en tant que cinquième registre Internet régional de l’ICANN.

Afrinic est basé à Maurice avec des opérations réparties sur le Continent : Afrique du Sud, Egypte, et Ghana.

Conception@Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Organisé par Africa Smart Africa Smart, la mission de Afrinic s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement de l’Internet en Afrique.

Une délégation d’Afrinic, conduite par son Directeur Général, Eddy Kayihura,
rencontrera, du 14 au 18 mars 2022, les autorités et membres de la communauté en Côte d’Ivoire et présentera ses actualités, activités et initiatives à l’endroit de la communauté nationale et, plus particulièrement, les enjeux liés à la sécurisation et la disponibilité des adresses IP.

.ci , Abidjan , Africa Smart , AFRINIC , Afrique , analyse , communication , communication institutionnelle , Communication stratégique , Confiance numérique , Côte d'Ivoire , Développement , Développement économique , DNS , DNSSEC , egouv , Entrepreunariat , Entreprise numerique , études , Formation , Gouvernance , Gouvernance Internet , hub technologique , incubateur , info , Information Technology , innovation , innovation ouverte , intermédiation , internet , IPv6 , IT , lobbying , NTIC , Numérique , Organisation , Planification , prospective , Registre Internet , regulation , Régulation des Telecoms , RIR , Souveraineté numérique , stratégie , Système d'Information , Technologies , Veille , Web
Une tournée d’AFRINIC pour rassurer et se projeter

AFRINIC renouvelle sa confiance à Africa Smart

afrinic-news

Après avoir confié à Africa Smart l’organisation de sa participation au Salon de la Presse Numérique de Côte d’Ivoire, Afrinic renouvelle sa confiance en confiant au Cabinet l’organisation de sa tournée des membres.

Cette tournée s’inscrit dans un contexte international de pandémie à Covid-19,  avec des perspectives incertaines, ayant cependant permis à Afrinic de démontrer de sa forte capacité de résilience et d’innovation, pour maintenir ses engagements et services auprès de ses membres en servant plus de 1 900 organisations sur le Continent, contribuant ainsi à connecter plus de 400 millions de nos concitoyens à Internet.

"Un Internet sécurisé et accessible pour une croissance numérique durable en Afrique"

Un continent

Un registre

Un Internet

L’histoire d’Afrinic démarre en 1997, avec pour ambition d’adapter les politiques d’allocation des ressources Internet aux réalités de l’Afrique.

En 2000, la création de l’AfNOG (le groupe des opérateurs de réseaux africains) et l’intégration des premiers observateurs d’AFRINIC à l’Address Supporting Organization Address Council (ASO AC) puis la nomination du premier conseil d’administration présidé par le Dr Nii Quaynor en 2001 viennent parachever le projet qui se concrétisera en 2005 par l’accréditation en tant que cinquième registre Internet régional de l’ICANN.

Afrinic est basé à Maurice avec des opérations réparties sur le Continent : Afrique du Sud, Egypte, et Ghana.

Conception@Africa Smart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Organisé par Africa Smart Africa Smart, la mission de Afrinic s’inscrit dans le cadre de la stratégie de développement de l’Internet en Afrique.

Une délégation d’Afrinic, conduite par son Directeur Général, Eddy Kayihura,
rencontrera, du 14 au 18 mars 2022, les autorités et membres de la communauté en Côte d’Ivoire et présentera ses actualités, activités et initiatives à l’endroit de la communauté nationale et, plus particulièrement, les enjeux liés à la sécurisation et la disponibilité des adresses IP.

Africa Open Innovation Summit : des enjeux de la Souveraineté Numérique

La Souveraineté Numérique au cœur de AOIS 2021

La notion de souveraineté numérique, récente, est aujourd’hui définie comme « la maîtrise du présent et du destin national tels qu’ils se manifestent et s’orientent par l’usage des technologies et des réseaux informatiques ».

Dans un monde en mutation permanente, où les technologies favorisent les échanges globaux entre territoires et populations, Internet a facilité des équilibres nouveaux. Aussi, la souveraineté numérique vient en complément de définition à la souveraineté territoriale. La virtualisation des frontières, l’aspect universel des utilisateurs, la permissivité des échanges seraient autant d’aspects transgressifs des lois nationales. Le législateur se doit donc de définir des textes et encadrer les principes qui régissent l’utilisation des technologies de communication en général, de l’Internet en particulier.

Pourquoi être souverain ?

L’Internet est vecteur de croissance et de productivité. Grâce à lui, les industries bénéficient d’une capacité de résonance sans limite à travers le réseau.

Le rôle de l’État dans l’accompagnement de ses industries nationales en est plus encore renforcé.

Chaque État, pour garantir sa souveraineté numérique, s’inscrira dans un système matriciel englobant culture, réglementation et environnement favorable au développement d’un écosystème échangeant et coopérant.

Le ccTLD au cœur de souveraineté numérique

Les outils de souveraineté numérique en deviennent alors multiples ; qu’il s’agisse de taxation d’entreprises étrangères, de politique de développement économique favorable à la création d’entreprises numériques innovantes ou encore de protocoles spécifiques de gestion des données personnelles, les États disposent de leviers variés pour faire prévaloir leur souveraineté. 

Une des problématiques phare se loge au cœur de la question de l’appropriation des noms de domaines de premier niveau correspondant au code pays (ccTLD)qui constituent une ressource vitale de l’écosystème Internet national. Le développement de cette ressource critique de l’Internet a été négligé dans la plupart des pays francophones du Sud. 

Cette faible appropriation s’observe plus particulièrement dans les pays francophones d’Afrique, à telle enseigne que dans plusieurs pays, le nombre de sites avec une extension de nom de domaine national dépasse rarement 5000. Certains pays francophones compteraient moins de 200 abonnés.

Or, le caractère stratégique des noms de domaine nationaux constitue la vitrine du pays, de sa culture, de son patrimoine, de son économie et de ses populations, soit l’extension virtuelle du territoire national. Il devient alors urgent de prendre des mesures ou dispositions pour faire des noms de domaines nationaux un instrument au service de la souveraineté numérique

Conception @AfricaSmart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Au sein du Comité Scientifique, Africa Smart a réalisé les travaux préliminaires en vue de l’établissement d’un agenda pertinent, embrassant l’ensemble des problématiques propres aux décideurs ; Ictina est à la base du projet.

Les sujets proposés à AOIS 2021 balayent les enjeux suivants :

  • Cloud & Sécurité du Cyberespace
  • Données numériques
  • Réglementation & souveraineté numérique
  • Industrie logicielle Open Source
  • Tiers lieux & Innovation Ouverte
  • gTLD et ccTLD
  • Open Data, Open Innovation, Open Content, …
  • Innovation, technologies de ruptures & Fintech
.ci , Abidjan , Africa Open Innovation Summit , Africa Smart , Afrique , analyse , AOIS , ARTCI , Big Data , Business , CEDEAO , communication , communication institutionnelle , Confiance numérique , Côte d'Ivoire , Développement , Développement économique , DNS , DNSSEC , données massives , egouv , Entrepreunariat , Entreprise numerique , études , Formation , Gouvernance , Gouvernance Internet , hub technologique , incubateur , info , Information Technology , innovation , innovation ouverte , internet , IPv6 , IT , lobbying , Marketing , NTIC , Numérique , OIF , open source , OPENSOURCE , Organisation , Planification , prospective , regulation , Régulation des Telecoms , Scientifique , Sécurité , Souveraineté numérique , Start-Up , stratégie , Système d'Information , Technologies , Veille , Web
Africa Open Innovation Summit : des enjeux de la Souveraineté Numérique

La Souveraineté Numérique au cœur de AOIS 2021

La notion de souveraineté numérique, récente, est aujourd’hui définie comme « la maîtrise du présent et du destin national tels qu’ils se manifestent et s’orientent par l’usage des technologies et des réseaux informatiques ».

Dans un monde en mutation permanente, où les technologies favorisent les échanges globaux entre territoires et populations, Internet a facilité des équilibres nouveaux. Aussi, la souveraineté numérique vient en complément de définition à la souveraineté territoriale. La virtualisation des frontières, l’aspect universel des utilisateurs, la permissivité des échanges seraient autant d’aspects transgressifs des lois nationales. Le législateur se doit donc de définir des textes et encadrer les principes qui régissent l’utilisation des technologies de communication en général, de l’Internet en particulier.

Pourquoi être souverain ?

L’Internet est vecteur de croissance et de productivité. Grâce à lui, les industries bénéficient d’une capacité de résonance sans limite à travers le réseau.

Le rôle de l’État dans l’accompagnement de ses industries nationales en est plus encore renforcé.

Chaque État, pour garantir sa souveraineté numérique, s’inscrira dans un système matriciel englobant culture, réglementation et environnement favorable au développement d’un écosystème échangeant et coopérant.

Le ccTLD au cœur de souveraineté numérique

Les outils de souveraineté numérique en deviennent alors multiples ; qu’il s’agisse de taxation d’entreprises étrangères, de politique de développement économique favorable à la création d’entreprises numériques innovantes ou encore de protocoles spécifiques de gestion des données personnelles, les États disposent de leviers variés pour faire prévaloir leur souveraineté. 

Une des problématiques phare se loge au cœur de la question de l’appropriation des noms de domaines de premier niveau correspondant au code pays (ccTLD)qui constituent une ressource vitale de l’écosystème Internet national. Le développement de cette ressource critique de l’Internet a été négligé dans la plupart des pays francophones du Sud. 

Cette faible appropriation s’observe plus particulièrement dans les pays francophones d’Afrique, à telle enseigne que dans plusieurs pays, le nombre de sites avec une extension de nom de domaine national dépasse rarement 5000. Certains pays francophones compteraient moins de 200 abonnés.

Or, le caractère stratégique des noms de domaine nationaux constitue la vitrine du pays, de sa culture, de son patrimoine, de son économie et de ses populations, soit l’extension virtuelle du territoire national. Il devient alors urgent de prendre des mesures ou dispositions pour faire des noms de domaines nationaux un instrument au service de la souveraineté numérique

Conception @AfricaSmart

Processer

Collaborer

Organiser

Intermédier

Au sein du Comité Scientifique, Africa Smart a réalisé les travaux préliminaires en vue de l’établissement d’un agenda pertinent, embrassant l’ensemble des problématiques propres aux décideurs ; Ictina est à la base du projet.

Les sujets proposés à AOIS 2021 balayent les enjeux suivants :

  • Cloud & Sécurité du Cyberespace
  • Données numériques
  • Réglementation & souveraineté numérique
  • Industrie logicielle Open Source
  • Tiers lieux & Innovation Ouverte
  • gTLD et ccTLD
  • Open Data, Open Innovation, Open Content, …
  • Innovation, technologies de ruptures & Fintech
Gouvernance de l’Internet en Côte d’Ivoire

Africa Smart au Forum de la Gouvernance Internet Côte d'Ivoire

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet Côte d’Ivoire est une plateforme réunissant tous les acteurs de l’écosystème numérique du pays afin d’échanger sur les questions et enjeux de l’internet.

Les parties prenantes de la gouvernance de  l’Internet réunies au sein de l’association dénommée FGI Côte d’Ivoire organisent, du Jeudi 22  au Samedi 24 octobre 2020, l’édition 2020 du Forum National sur la Gouvernance de l’Internet autour du thème  « Quel écosystème pour une inclusion numérique en Côte d’Ivoire ? ».  

Inscrit dans la droite ligne de la vision du Gouvernement ivoirien visant à faire des TIC un véritable levier de développement du  pays et un outil de bien-être social, le FGI 2020 se tiendra exceptionnellement en ligne, en raison du contexte sanitaire. 

Africa Smart , Afrique , Côte d'Ivoire , DNS , egouv , Engineering , Entrepreunariat , Entreprise numerique , Formation , Gouvernance , hub technologique , innovation , innovation ouverte , internet , IPv6 , Technologies , travail collaboratif , Veille
Gouvernance de l’Internet en Côte d’Ivoire

Africa Smart au Forum de la Gouvernance Internet Côte d'Ivoire

Le Forum sur la Gouvernance de l’Internet Côte d’Ivoire est une plateforme réunissant tous les acteurs de l’écosystème numérique du pays afin d’échanger sur les questions et enjeux de l’internet.

Les parties prenantes de la gouvernance de  l’Internet réunies au sein de l’association dénommée FGI Côte d’Ivoire organisent, du Jeudi 22  au Samedi 24 octobre 2020, l’édition 2020 du Forum National sur la Gouvernance de l’Internet autour du thème  « Quel écosystème pour une inclusion numérique en Côte d’Ivoire ? ».  

Inscrit dans la droite ligne de la vision du Gouvernement ivoirien visant à faire des TIC un véritable levier de développement du  pays et un outil de bien-être social, le FGI 2020 se tiendra exceptionnellement en ligne, en raison du contexte sanitaire. 

Aller au contenu principal